[Conseils] Tourisme et pollution : voyager responsable

[Conseils] Tourisme et pollution : voyager responsable

[Conseils] Tourisme et pollution : voyager responsable
5 (100%) 1 vote

Voyager ouvre l’esprit, nous fait vivre des aventures enrichissantes. Mais malheureusement, le tourisme pollue, contre notre propre volonté. Depuis que nous voyageons nous sommes de plus en plus sensible à l’environnement. Le tourisme cause chaque année de gros dégâts écologiques, que ce soit des déchets, l’émission de CO2, ou le non respect de la faune et la flore par les touristes et certaines agences de voyages. Durant nos voyages nous avons fait des erreurs, et nous apprenons tous les jours à changer nos habitudes. Cela implique quelques recherches, j’ai donc décidé aujourd’hui de vous faire partager une petite liste des choses à faire et ne pas faire en voyage, si vous aussi vous êtes sensible à la l’écologie et souhaitez apporter votre pierre à l’édifice pour un monde meilleur.

Le slow travel

Lorsqu’on visite un pays, on a une tendance à vouloir tout voir, pour profiter un maximum de l’investissement dans le billet d’avion. C’est ce que nous avions fait lors de notre voyage en Thaïlande, en 4 semaines nous avons visité le nord et le sud, et la fin nous étions crevée. Les derniers jours, nous avons pris le temps d’apprécier, de nous reposer, de contempler, et le voyage en a été tout aussi agréable.

Se déplacer moins, c’est faire moins d’émission de Co2 avec les transports. Du coup en prenant le temps, et en restant plus longtemps au même endroit, nous avons moins tendance à se ruer sur la première excursion touristique du coin. On peut prendre le temps de se balader à pied ou à vélo, rencontrer la population locale, discuter, en apprendre davantage sur les gens et découvrir par soi même. L’expérience en est d’autant plus enrichissante et authentique.

Faire une valise écolo

valise-ecoloOn ne le répète jamais assez mais une valise ou un sac à dos doit être le plus léger possible, et ceux pour plusieurs raisons. Outre le poids, le contenu doit être bien réfléchit pour ne manquer de rien, mais vous ne devez pas pour autant négliger votre hygiène ou votre apparence.

Pour les vêtements, moins vous aurez d’affaires, moins vous en aurez à laver, donc vous utiliserez moins de quantité d’eau dans le pays où vous vous rendez. Et l’eau, dans la plupart de la surface du globe est un bien précieux et souvent rare.

Idem pour les appareils électroniques, moins vous aurez de matériels à charger, moins vous utiliserez d’électricité.

Quelques astuces pour votre trousse de toilette :

Lors d’un voyage en sac à dos, on voit souvent des voyageurs avec des lingettes nettoyantes, parce que c’est pratique.  Hors les lingettes sont une plaie pour l’environnement car elles ne sont pas biodégradables. Pour vous laver utiliser plutôt un pain de savon comme le savon magique du docteur Bronner, qui lui peut tout laver : vos fringues, votre corps, vos dents, vos cheveux. Et c’est vraiment efficace. Les petits gant à démaquiller en coton vendu chez concept b, peuvent tout à fait servir de gant nettoyant. Ils se lavent à l’eau et sont en micro fibre anti bactériens. Pour les filles les tampons et les serviettes hygiéniques sont à proscrire, il est temps de vous mettre à la coupe menstruelle! Zéro déchets et votre corps vous en remerciera. Pour allez plus loin n’hésitez pas à consulter notre article sur les accessoires de voyage.

Éviter l’eau en bouteille

Crédit photo : Eco Bali Deli

Crédit photo : Eco Bali Deli

Et oui je sais, cela doit vous paraitre bizarre, quand on nous bassine sans arrêt pour boire de l’eau en bouteille car dans la plupart des pays, l’eau du robinet n’est pas potable. Sauf que les bouteilles en plastiques pullules comme la peste dans les forets et les océans. Alors que faire ? Évitez au maximum les petites bouteilles en plastiques, car on en utilise du coup beaucoup plus, surtout dans les pays chauds. Préférez les bouteilles en verre s’il y en a. Sinon la meilleure solution , c’est d’avoir sur vous une gourde et de la remplir dans les grosses bombonnes à eau que possèdent de plus en plus d’hôtels et de restaurants. Il suffit de demander. Ces bombonnes sont consignées et recyclées beaucoup plus facilement que les petites bouteilles d’eau.

Acheter une gourde Sigg

Cette vidéo très triste, montre une partie des ravages du plastique :

MIDWAY a Message from the Gyre : a short film by Chris Jordan from Midway on Vimeo.

Manger local

Manger les spécialités du pays c’est découvrir de nouvelles saveurs, mais c’est aussi valoriser l’économie locale. Plus les touristes mangeront local, plus nous défavorisons l’importation des produits extérieurs qui en plus de coûter cher, polluent via l’émission de CO2 lors du transport des marchandises.  Par exemple à Bali, nous avions été choquées par tous ces marchands ambulants rempli de petits sachets de chips et autre malbouffe. En contre partie tellement peu de fruits locaux étaient proposées. Ces aliments sous plastiques se retrouvent directement dans la nature dans un pays qui souffre déjà terriblement de pollution, l’évacuation de ces déchets est saturée. Nous nous sommes demandées pourquoi il n’y avait que des petites quantités. C’est simplement parce que la population a peu de pouvoir d’achat, donc ils ne peuvent s’offrir que des petites quantités, et pour le commerçant c’est plus rentable. En tant que touriste, encore une fois, nous devons montrer l’exemple, si la demande change, l’offre changera!

Choisissez vos établissements

Sachez que de plus en plus d’établissements se soucient de l’environnement, déjà parce que cela leur fait une bonne pub marketing, et certain le font parce que c’est comme cela qu’ils voient les choses. Même règle, plus il y aura de demande, plus il y aura d’offre. Il est vrai que parfois c’est plus cher, mais cela vaut le coup. Nous avions rencontré un français à Nusa Lembongan qui avait ouvert un restaurant chambres d’hôtes, cet écologiste avait monté un système de recyclage et récoltait les bouteilles en plastique pour les mener aux centre de recyclage à Java. Vous pouvez en savoir plus ici.

Pour trouver des établissements touristiques soucieux de l’environnement voici quelques sites pour vous aider :

Choisissez vos activités

Avant de vous ruer sur la première activité attrape touriste, demandez vous si vous faites du bien à l’environnement.

  • Vaut-il mieux monter sur le dos d’un éléphant en Thaïlande, qui balade des touristes toute la journée, ou aller les laver dans un parc qui les soignent et les protège ?
  • Vaut-il mieux faire une road trip un 4×4 dans la jungle, ou faire un trek à pied dans cette même jungle ?
  • Préférez vous voir un spectacle de dauphins dans un parc, ou les observer dans leur milieu naturel ?
  • Est-il bon de marcher sur les coraux avec vos palmes?

Utiliser les transports collectifs

J’espère que je vous l’apprend pas, mais les transports en communs, le co voiturage… C’est la clef de la diminution des gaz à effet de serre. Alors non! On ne prend pas un taxi tout seul, on partage. Déjà on fait une économie et en plus on rencontre des gens, elle est pas belle la vie? Moi j’adore parler avec les gens dans les trains.

Qui a écrit cet article

Marie-Laure Valat
Je partage avec vous mes récits et mes bons plans voyages que j'effectue avec Carole. Webdesigner de métier, j'ai découvert le blogging durant notre premier voyage en sac à dos en 2013. L'aventure continue!

3 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Carnet de voyage, photos de voyages, conseils voyageurs, vidéos de voyage à travers le monde par deux blogueuses voyageuses.